Bulgarie

Chapitre 2 : Ascension

13 minute read
Thanks for the support !

Après plusieurs heures de route, nous arrivons à Borovets, une petite ville située sur le versant nord des montagnes de Rila. C’est un spot de prédilection pour démarrer des vacances hivernales: ski, snowboard, randonnée, etc. Le point est stratégique et est censé nous permettre de rejoindre la hutte Moussala, objectif que nous nous sommes fixés. J’avais fait part à Tristan de mon envie d’atteindre ce point depuis notre rencontre. Pourtant, c’est par pur hasard que j’ai déniché cette petite merveille et je comptais bien m’y rendre par moi-même pour constater sa beauté. Nous sommes le 25 octobre 2021, la saison de ski n’a pas encore commencé. C’est pourquoi, tout semble à l’abandon.

Quelques loupiottes scintillent au loin, mais la plupart des commerces et activités sont fermés

Mis à part quelques restaurants ouverts, tout est désert. L’hôtel dans lequel nous avions réservé notre nuit était en pleine rénovation. A l’entrée, des câbles, des morceaux de plastique et une couche de poussière jonchaient le sol. La réceptionniste nous accueille en nous précisant que l’hôtel est censé être fermé durant cette période. Par conséquent, les facilités proposées sont inexistantes: pas de restaurant, pas de service de lessive et pas de chauffage. “Nous avons tout de même apporté une petite chaufferette qui sera dans votre chambre.” Borovest est entouré par une timide neige, mais les montagnes de Rila affichent déjà un beau manteau sur leurs sommets respectifs.

La vue de l’hôtel est plaisante, mais ne permet pas d’évaluer la difficulté de l’ascension

Autant dire tout de suite que la température est bel et bien négative malgré le soleil qui finit lentement sa course de la journée. Une fois installé, Tristan et moi commençons à chercher le point de départ de la randonnée, qu’il nous est impossible de trouver en ligne. Après plusieurs tentatives, nous parvenons à repérer une information importante. Il serait bon d’utiliser un télésiège pour nous amener à Yastrebets à 2.369m d’altitude pour atteindre la hutte Moussala. Cependant, étant donné que ce n’était pas la saison, la gondole était fermée. Au lieu de 23 minutes, il nous faudra environ 4h30 pour arriver au niveau de la station et ensuite rejoindre la hutte située une heure plus loin. Moussala est le plus haut point de la Bulgarie, culminant à plus de 2.900m d’altitude. Lorsque nous apercevons que le service de télésiège est à l’arrêt, c’est la grosse désillusion. Le soir, nous profitons de la petite cuisine qui est à notre disposition pour préparer quelques sandwiches et nous cuisiner quelques nouilles. Manger chaud est un régal, même si je frissonne dans cette grande chambre. Heureusement pour nous, l’eau chaude fonctionne, même si elle met une plombe à atteindre une température décente.

Le lendemain, juste avant de partir pour notre randonnée de l’enfer, nous demandons à la réceptionniste jusqu’à quel niveau il est possible de se rendre en voiture. Elle éclate de rire et incline sa main à la diagonale: “La route est comme ça”. Je lui précise que nous ne voulons pas rouler sur la montagne, mais chercher un point qui se rapproche le plus possible du début de la randonnée. Cependant, elle nous affirme qu’il est impossible de s’y rendre à pied. Qu’à cela ne tienne, je repère un endroit sur la carte où il est possible de se rendre en voiture. Nous tentons le tout pour le tout, mais nous nous retrouvons bloqués par des grosses pierres qui traînent sur la route. Dépités, nous faisons machine arrière, jusqu’à ce que je repère le sigle d’une randonnée.

Bingo ! Le sigle indiquant le début de la randonnée est clouée sur un arbre le long de la route

Nous garons la voiture sur le bas-côté de la route et là, délivrance. Le début de la randonnée peut s’effectuer par ce chemin ! Nous nous emparons de nos sacs, bouteilles d’eau, snacks et débutons l’ascension. De 1.294 mètres, nous allons atteindre les 2.398 mètres où se trouve la fameuse hutte, qui semble être un point de chute pour les randonneurs qui veulent tâter le sommet, situé 500 mètres plus haut.

Nous poursuivons notre ascension, encouragé par le soleil qui commence à apparaître

Qu’importe, nous sommes préparés à en chier et à mettre notre volonté à rude épreuve. La température est assez fraîche, environ deux degrés sous zéro, et l’humidité excessive se ressent à chaque fois que nos pas s’enfoncent dans les tapis de mousses gorgés d’eau. Le soleil, jusqu’alors invisible, se montre enfin, venant réchauffer nos corps engourdis. La nature s’éveille peu à peu grâce à lui. Les oiseaux s’entreprennent à chanter timidement pendant que la glace des cours d’eau et du sol se défait plus aisément sous nos pas.

L’extrémité des conifères est complètement gelée

Tristan s’empare d’un énorme bâton pour avancer et s’en servir comme support. Je le suis, avec énergie, même si je sens rapidement mon corps, en particulier mes genoux, avoir de plus en plus de mal à supporter l’ascension. Il nous faudra presque 4h pour parvenir au sommet et s’affranchir des douze kilomètres. L’arrivée à la hutte de Moussala est à la fois libératrice, mais également salvatrice pour nous permettre de souffler. Nous croisons quelques promeneurs, certains bien mieux équipés que nous, et qui se risquent à monter jusqu’au sommet particulièrement enneigé.

Un paysage grandiose qui ravit les mirettes

Les huttes dans lesquelles les promeneurs peuvent se reposer, dormir et manger sont toutes fermées. Elles ne laissent aucun autre choix possible aux randonneurs: ils doivent repartir dans le sens inverse sous peine de s’exposer à un froid glacial. En effet, le sommet est ensoleillé, mais la température est pourtant de -6 degrés. De plus, les huttes sont situées dans un creux propice aux avalanches, raison de plus pour redoubler de prudence. Nous flânons deux bonnes heures au sommet, avant que le vent ne devienne plus insistant, nous poussant à revenir sur nos pas. La descente s’avère presque aussi douloureuse pour nos jambes que ne l’était l’aller. Qu’importe, mes yeux sont repus des paysages magnifiques qui s’offrent à nous et ces 24 kilomètres ne seront plus qu’un lointain souvenir dans quelques jours. Complètement lessivés, nous parvenons à atteindre la voiture et à nous remettre en route vers la capitale.

Ce symbole indique que cette partie de la randonné est exposée aux avalanches

Nous avions prévu de prendre un Airbnb à Sofia, histoire de nous remettre de cette randonnée, de faire de la lessive – absolument indispensable dans mon cas -, et de préparer la suite de notre voyage. Le soir-même, nous décidons de nous faire un bon petit restaurant, pour nous féliciter de notre ascension et nous récompenser. Nous repérons une bonne adresse à quelques pas de notre logement et décidons de nous y rendre. Une fois arrivé devant, surprise, une tente avec un type en combinaison et plusieurs personnes qui font la file est installée sur le côté gauche. 

-Ha ben merde, c’est un centre de tests ? M’exclamais-je.

La tente est juste à côté de l’entrée du restaurant. Plus personne n’était présent à notre sortie

Alors que nous tentons de nous approcher un homme s’adresse à nous en bulgare. Nous lui répondons en anglais et il nous demande de montrer notre “green pass”. Nous nous exécutons et il nous permet de rentrer dans le restaurant. La tente, installée juste devant, permet aux gens non-vaccinés de réaliser un test antigénique pour pouvoir accéder à l’établissement. Une idée plutôt ingénieuse pour ne pas perdre trop de clients et faciliter leur venue. Un repas bien mérité, accompagné d’une énorme bière, clôturera la soirée avant de nous effondrer dans nos lits respectifs. Les jours suivants seront consacrés à l’exploration de Sofia.

La vue depuis l’Airbnb est magnifique. Parfaite pour observer les couchers du soleil

Une ville intéressante, mais ayant au final peu de choses à offrir par rapport à toutes celles que nous avons eu la chance de voir auparavant. La prochaine étape nous amènera au sud, à quelques centaines de kilomètres de la Grèce. L’occasion de réfléchir à la suite de nos aventures.

read more:

Be the first to leave a comment!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*