Roumanie

Chapitre 2 : Tapi dans l’ombre

14 minute read
Thanks for the support !

Yoan et moi continuons notre voyage à travers la Roumanie, rythmé par quelques fous du volant qui vous doublent en toute inconscience, des routes cabossées, des charrettes sur le bas côté, des monuments fermés car ils sont constamment en rénovation – les travaux s’effectuent avant l’hiver sinon le plâtre gèle ! – et des expériences culinaires plutôt fades.

Plusieurs jeunes roumains, clope au bec, conduisent une charrette en transportant du bois

Plusieurs jours après avoir quitté Eforie Nord, nous arrivons enfin à Brasov, une superbe ville entourée de montagnes. Première constatation, l’endroit est beaucoup plus touristique, on y parle l’anglais et ses rues sont animées. Fini les villes mortes où tout semble fermé et à l’abandon.

Les terrasses sont envahies par les touristes

Brasov fourmille de toutes parts sans être étouffante, le soleil fait enfin son apparition et le mercure flirte avec les 22 degrés. Les terrasses des cafés et restaurants invitent décidément à la flânerie. Nous avions réservé un Airbnb afin de passer quatre jours dans cette région qui regorge de nombreuses activités. En fin de soirée, vers 22h, alors que nous étions en train de nous reposer dans notre logement, mon téléphone se mit à émettre un son strident pendant plusieurs secondes. Peu de temps après, celui de Yoan prit le relais. Je fronce les sourcils en m’emparant de mon téléphone et constate un message qui avait été envoyé par la mairie de la ville. Celui-ci mentionnait :”Emergency Alert: Extreme”.

Un SMS provenant de la commune nous informe de la présence d’un ours en ville

Sans comprendre l’intitulé, je repère directement le mot “urs” qui signifie ours en français. Avec Yoan, nous nous mettons à traduire le message qui nous est envoyé: “Attention, la présence d’un ours dans le quartier de la rue Nisipului de Sus a été signalée. L’animal est considéré comme dangereux. N’essayez pas de vous approcher de lui ou de le nourrir. Évitez de vous déplacer dans la zone, si cela n’est pas absolument nécessaire. ISU Brasov.Le visage de Yoan se fige quelque peu, je ne le sens pas rassuré. Je commence à effectuer quelques recherches sur la présence d’ours à Brasov. Stupeur, depuis plusieurs années, la ville fait face à un problème de taille: les ours, poussés par le manque de nourriture, se rapprochent de plus en plus de la ville et y cherchent des vivres. Par conséquent, la fréquence de ces alertes est en augmentation. La déforestation et le manque de nourriture les poussent à s’aventurer en bas des montagnes. Il nous apparaît plus sage d’éviter les promenades tardives dans le centre-ville lors des prochains jours. L’ours étant un animal nocturne, il est beaucoup plus actif le soir quand les gens ont déserté les rues. Bien que j’ai envie de voir un ours, je ne suis pas encore prêt à risquer ma vie bêtement pour croiser son chemin.

Le lendemain, nous avions réservé une visite du château de Bran avec un guide afin de démêler le vrai du faux sur la légende de Dracula.

Le château de Bran possède un charme fou

Ce dernier, né de la plume de Bram Stocker, un écrivain d’origine irlandaise, devient rapidement un phénomène dans l’imaginaire collectif. Films, produits dérivés, mythe, la légende de Dracula se crée presque grâce au bouche à oreille. En vérité, Dracula a été inspiré par Vlad III qui était le prince de Valachie (une des principautés médiévales roumanophones).  Sa date de naissance reste obscure, mais il devrait être né entre 1431 et 1436. Il a hérité de plusieurs surnoms au cours de sa vie, dont “l’empaleur” et “Drăculea”. Ce dernier signifie “fils du dragon” et c’est sur cette donnée que Bram Stocker va se baser pour créer le personnage mythique que nous connaissons tous. Homme très cruel, Vlad Tepes fait preuve d’une imagination débordante pour faire souffrir ses prisonniers et prend un plaisir fou à tuer les étrangers qui ne respectent pas les traditions. 

La première confrontation avec Vlad laisse perplexe

Alors que le château de Bran est vendu comme étant le “château de Dracula”, il n’existe aucune preuve historique attestant de la présence de Vlad III. Cependant, dans l’imaginaire de Stocker, le château qui y est décrit partage de nombreuses similitudes avec celui de Bran. La visite met d’ailleurs l’accent sur cette donnée, les chambres visitées et les objets de valeurs exposés sont surtout ceux de la reine Marie de Roumanie. Ancienne membre de la famille royale britannique, elle épouse un souverain qui la fera devenir reine en 1914. Le père de cette dernière n’est autre qu’Alfred Ier de Saxe Cobourg-Gotha. Une famille bien connue puisqu’elle est à l’origine de plusieurs dynasties européennes dont la Belgique. La dernière partie du château fait la part belle aux mythes et légendes de Roumanie, mais ne mentionne aucunement Dracula, qui ne fait pas véritablement partie du folklore local. Des années plus tôt, un projet de “Dracula village”, initié en partie par l’arrière petit-fils de Stocker, fut refusé. Celui-ci voulait créer une sorte de parc d’attraction thématique sur Dracula, mais son projet fut rapidement relégué aux oubliettes. Le château de Bran n’en demeure pas moins une très belle demeure à visiter. Les touristes y affluent du monde entier pour le visiter, mais également les locaux eux-mêmes. Par ailleurs, notre guide nous a informé que le jardin extérieur du château s’est même transformé en un centre de vaccination de fortune pour lutter contre la Covid-19. Chaque vacciné se voyait offrir une entrée gratuite pour visiter le musée des tortures qui est au sein du château.

Un vaccin permet d’accéder gratuitement à une séance de cinéma 9D (!) dans un parc de dinosaures mécaniques

Le jour suivant, nous avions prévu une randonnée du côté de Bran. Notre guide nous avait indiqué le début du chemin et donné quelques conseils pour savoir comment réagir en cas de rencontre avec un ours. Notre randonnée en montagne est effectivement dans leur territoire. Nous devons traverser une forêt noyée d’arbres de toutes parts et de cavités dans la roche. Plusieurs indices nous font comprendre que ces terres sont bel et bien leur domaine. De l’énorme “chiure” remplie de baies non digérées, aux bruits sourds provenant du lointain en passant par les branchages qui se cassent subrepticement faisant augmenter les battements de notre cœur.

Des baies visiblement difficiles à digérer pour Winnie l’ourson

Qu’importe, il faut avancer. L’ascension est exigeante, mais les paysages sont tout simplement sublimes. Nous décidons de profiter du soleil au sommet de la montagne avant de descendre paisiblement. Un grognement nous sortira de notre insouciance, nous obligeant à faire plus de bruit pour espérer effrayer la bête tapie dans l’ombre. Mission accomplie, nous revenons sur Brasov lessivés, mais des souvenirs plein la tête. 

Des paysages fantastiques après une ascension exigeante

Notre dernier jour à Brasov sera fait d’insouciance, de soleil et d’une pluie de cocktails. Cuba libre sur Cuba libre, bières sur bières, notre taux d’alcoolémie atteint les limites de la bienséance. Porté par une assurance sans vergogne, nous décidons d’entrer dans une petite gargote qui semble cachée et inconnue des touristes. Une fois à l’intérieur, je me sens pousser des ailes et commande deux verres de Tuica. Ils me seront servis depuis une jarre dont l’aspect extérieur a l’air sale. Nous nous dirigeons ensuite vers une arrière salle qui, avec beaucoup de surprise, débouche sur une grande cour où sont assis de nombreux roumains. Habitué à briser la glace quand l’alcool me monte au cerveau, j’interromps une conversation entre hommes en lâchant un “norok” qui signifie “santé!” Les locaux rigolent et nos verres s’entrechoquent dans une insouciance générale.

Un moment suspendu entre les locaux et nous

L’un d’eux parle un bon anglais et nous questionne sur nos intentions, ce que nous venons faire en Roumanie, combien de temps nous comptons rester. Tout se passe à merveille, jusqu’à ce qu’un homme nous fasse comprendre que nous ne sommes plus les bienvenus. Un léger frisson m’a parcouru l’échine. Yoan, plutôt doué pour décrypter les situations, me conseilla de quitter l’estaminet. Nous sommes alors repartis dans l’Airbnb, penauds, mais surtout saouls. Il était à peine 19h30 que j’éteignais la lumière et me mit dans mon lit, au grand désespoir de Yoan qui fut contraint d’aller se coucher également. Le réveil fut des plus rudes, particulièrement lorsque j’ai réalisé que nous avions 3h30 de route à effectuer vers notre prochaine destination. J’étais persuadé qu’en une heure nous serions arrivés à bon port. Ibuprofène, gourde d’eau remplie à bord, je me mets au volant pour un pénible voyage en direction de Sibiu. Notre plan est simple: atteindre notre destination, dormir, faire le plein de notre véhicule et entamer demain la « Transfagarasan road ». Une route extrêmement connue, sinueuse et passant par différentes altitudes, considérée comme l’une des plus belles au monde. Il est l’heure de reprendre des forces !

read more:

Be the first to leave a comment!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*