Grèce

Chapitre 2 : Terre d’accueil

13 minute read
Thanks for the support !

Après 8 heures de traversée, je suis complètement vanné. Lemnos et Chios ne sont pas si éloignées l’une de l’autre, mais le ferry effectue des arrêts sur d’autres îles tout au long du voyage. Le temps semble s’être figé, et mon réveil à 1h du matin commence à se faire sentir. J’ai eu beau chercher, Chios ne possède aucun hostel. En effet, il ne s’agit pas d’une destination touristique commune pour ceux qui voyagent à petit budget.

En route vers Chios

8 heures de traversée pour enfin arriver à Chios

L’île rencontre, par contre, beaucoup de succès auprès des locaux. La vie ne s’y arrête pas pendant les mois d’hiver et c’est tant mieux. Les seuls endroits où réserver étaient donc les Airbnb et les hôtels. Comme à l’accoutumée, je décide de prendre le moins cher. Pour m’aider à arriver jusque Karfas – tout de même 15 minutes en voiture – un chauffeur m’attend. Il s’agit du fils de Dina, la propriétaire de mon logement sur l’île. Une fois arrivé, elle me remet les clés et je découvre ma chambre. Stupeur, je ne suis plus habitué à tant de “luxe et confort” en voyage. L’appartement est grand, avec une belle terrasse, face à la mer qui est à moins de 15 secondes à pied.

plage perso Karfas

La mer est littéralement en bas de chez moi

Nous sommes en novembre et pourtant il fait 22 degrés. Je suis torse poil allongé sur la plage et me laisse bercer par le doux bruit du ressac des vagues. Cependant, le farniente n’est pas ma tasse de thé. Alors que je suis allongé face à la plage, j’anticipe déjà la suite de ma semaine sur Chios.

randonnée à Chios

Chios offre de nombreuses randonnées dans un décor naturel magnifique

Plongé dans mes pensées, je constate au loin la terre. Il s’agit de la Turquie, à à peine 7 kilomètres en face de moi. Sa proximité en a fait une destination de choix pour beaucoup de réfugiés. En 2015 les arrivées maritimes ont explosé, se chiffrant jusqu’à 856.723 ! La situation a drastiquement changé puisqu’aujourd’hui, on ne dénombre que 1.140 arrivées en date du 10 avril 2022. Chios n’est bien entendu pas la seule île sur laquelle se rendent les réfugiés, il y a également Kos, Lesbos, Samos, ou encore Leros. En 2015 et 2016, de nombreuses personnes fuient les conflits en Syrie, Afghanistan et Irak en direction de l’Europe. Cet afflux de réfugiés fait peur, particulièrement dans une période où les attentats terroristes se multiplient. C’est pourquoi les pays d’Europe ont créé un partenariat avec la Turquie à ce propos. Signé en mars 2016, il implique que la Turquie doit prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher les gens de voyager illégalement  depuis le pays vers les îles grecques. Toutes les personnes arrêtées après avoir voyagé illégalement pourront être renvoyées en Turquie. Pour chaque Syrien renvoyé des îles grecques, les États européens doivent accepter un réfugié syrien qui attend en Turquie. En échange, la Turquie reçoit 6 milliards pour améliorer l’aide humanitaire des réfugiés dans son pays et ses habitants peuvent voyager en Europe sans visa. Attendre en Turquie offrait plus de chances aux réfugiés que de tenter de rejoindre l’Europe par eux-mêmes, où ils seraient automatiquement renvoyés en Turquie.

Le traité passé entre la Turquie et l’Europe est problématique. Crédit International Rescue Comitee

En 2022, le bilan est mitigé. “Only 2,140 people have been returned from Greece to Turkey under the deal over the past six years.  This is partly because – in many cases – Greek courts acknowledged that Turkey is not a safe country to send people back to.” En plus, “Six years since the deal was implemented, no mass returns have been made from Greece to Turkey. Approximately 32,472 Syrian refugees have been resettled from Turkey to EU Member States under the agreement.” Cependant, une récente décision ministérielle jointe met à mal l’arrivée des réfugiés. Celle-ci décide que la Turquie est un endroit sûr et sécurisé pour renvoyer des réfugiés bien précis: ceux venant d’Afghanistan, du Bangladesh, du Pakistan, de la Somalie et de la Syrie. Cependant la situation plonge dans un imbroglio car la Turquie n’a plus accepté de retours de réfugiés depuis deux ans, en partie à cause des dégradations de leurs relations avec l’Occident. Résultat des courses, les réfugiés se retrouvent bloqués dans les “limbes” de manière “légale” ! En effet, ils n’ont pas accès à l’asile et ne peuvent pas obtenir de documents légaux sur leur statut, ils ne peuvent pas acheter de maison, avoir du travail, bénéficier d’aides ou d’assistances dans les camps dans lesquels ils résident. De nombreuses marques de solidarité ont été affichées dans les rues, la population grecque est ouvertement favorable à ses réfugiés et de nombreuses associations ont vu le jour pour apporter des vêtements et de la nourriture aux réfugiés bloqués dans les camps 

petit restaurant à Mesta

Le restaurant d’Elena et de Felipe est un petit havre de paix

La question de l’immigration reviendra à plusieurs reprises lors de mon séjour sur la magnifique île de Chios. Bien décidé à explorer l’île, je loue une voiture au fils de Dina et explore les recoins de l’île. Je finis par tomber sur un petit village médiéval appelé Mesta. Un petit restaurant en bord de route est ouvert. Je m’y risque, même s’il n’y a personne.

La vie devient chère et compliquée. J’ai quitté les USA par amour, mais aussi parce que ça devenait de plus en plus difficile d’avoir un salaire correct

Un homme à la peau mate débarque, avec un grand sourire, et me fait signe de m’installer. Il s’appelle Felipe, il est originaire du Brésil, mais a vécu aux Etats-Unis les dix dernières années. Il est venu s’installer sur Chios après s’être marié avec Elena. C’est elle qui s’occupe de préparer la nourriture en cuisine. Nous discutons quelques instants avant qu’il m’explique ses futurs projets pour le restaurant. Il me montre son jardin, ses légumes qui poussent et les petits travaux de réparation qu’il a effectués à son arrivée. Sa femme vient ensuite me voir en me disant qu’elle n’a plus les ingrédients nécessaires pour faire les plats du menu. 

-Je m’en fiche. Je vous fais confiance ! Lançais-je

-Vous avez une préférence pour quelque chose ?

-Si vous avez des pâtes et du poulet, moi je suis ravi !

-Aucun souci, je vous fais ça tout de suite ! Asseyez vous !

Je m’assieds et déguste le jus de fruit que j’avais commandé auprès de Felipe.  Soudainement Elena revient et semble se confondre en excuses.

-Que se passe-t-il ?

-Je dois contrôler votre certificat vert, m’annonce-t-elle gênée

-Oh, aucun problème, ne vous en faites pas

Je m’exécute et lui montre la preuve de vaccination tant attendue. Elle joint ses deux mains ensemble pour former un signe de prière et file de nouveau en cuisine. Felipe me rejoint alors. L’occasion de lui demander comment il se sent en Grèce.

-La vie devient chère et compliquée, me souffle-t-il en s’asseyant sur un petit tabouret, j’ai quitté les USA par amour, mais aussi parce que ça devenait de plus en plus difficile d’avoir un salaire correct. Beaucoup de travailleurs étrangers en provenance du Venezuela et du Pérou faisaient le même travail que moi et demandaient un salaire dérisoire. Il est impossible d’être concurrentiel et de rivaliser avec eux. Quand j’ai vu que je n’avais aucune chance, j’ai accepté la proposition d’Elena et j’ai tout quitté pour venir en Grèce. 

-Et depuis tu te sens mieux ?

-La crise sanitaire nous a bien touché en nous obligeant à fermer, à jouer les flics en contrôlant les gens vaccinés ou non, c’est un beau bordel !

-J’imagine bien, répondis-je, c’est une période compliquée pour beaucoup de personnes. Il faut parvenir à s’adapter et ce n’est pas toujours le plus facile…

Elena nous interrompt en m’apportant un plat de pâtes au poulet et à la cannelle. Un régal ! Je n’aurai malheureusement pas l’occasion de terminer ma conversation avec Felipe car les clients commencent à affluer petit à petit. Je les quitte en les remerciant en me rendant compte que fuir une situation ne protège aucunement des obstacles. L’imprévu fait partie de notre quotidien et doit demeurer dans un coin de notre tête pour être en mesure de prendre les bonnes décisions face à la prochaine épreuve.

ferry prêt à partir

Il est temps de prendre un nouveau ferry en direction de Mykonos

Ma semaine à Chios fut magique: un concentré de rencontres, de nature, de petits restaurants et de soleil ! Ma prochaine étape est Mykonos. Une île que je connaissais de nom, mais dont j’ignorais le côté particulièrement “bling bling”…

read more:

Be the first to leave a comment!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*