Sri Lanka

Chapitre 3 : Ma fine équipe débarque

11 minute read
Thanks for the support !

L’heure du grand voyage commence, il est temps de quitter la belle ville montagneuse de Kandy. Je me dirige avec Jeff mon nouveau poto Suisse en direction de Dambulla. Notre premier voyage en bus est plutôt agréable car il s’agit d’un mini-van climatisé. Ce sera bien la seule et unique fois que nous disposerons d’autant de luxe. Les bus au Sri Lanka font véritablement partie de l’expérience globale du pays.

Les bus du Sri Lanka sont souvent plein à craquer, mais lors de très longs trajets, les places se libèrent peu à peu

Ils sont généralement bondés, les gens s’entassent dans les tous les coins, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’espace pour se mouvoir. Les gros sacs que nous portons à notre dos sont, la plupart du temps, entassés devant près du chauffeur ou simplement entreposés sur le toit sous une bâche sanglée de toutes parts. Il existe des sièges prioritaires, comme nous avons en Europe ou d’autres pays du monde pour les personnes âgées ou femmes enceintes, mais ici ces derniers sont également réservés aux moines bouddhistes. Les bus sont très étonnants au Sri Lanka, non pas pour la conduite complètement folle des chauffeurs. C’est la partie la plus facile à accepter, il y a des chances de mourir à chaque tournant. L’intérieur de ces bolides d’un autre temps sont entièrement décorés, très souvent avec des motifs criards allant de la reine des neiges à des divinités en tous genres. Le tout est sublimé par des loupiotes qui clignotent ainsi qu’une musique sri lankaise qui fait grésiller les baffles ou de vieux films diffusés sur la petite télévision centrale. Celui que je plains le plus, c’est le gars qui s’occupe des tickets. Il doit se frayer un chemin parmi la foule pour faire payer les gens, rendre la monnaie à gauche et à droite et donner le reçu qui sert de preuve de transport. L’angoisse la plus courante est de savoir si l’on va récupérer sa monnaie. C’est très souvent le cas, mais cela peut arriver bien plus tard au cours du trajet. La plupart du temps, les Sri Lankais nous accordent le prix pratiqué pour les locaux: une surprise plutôt agréable tant les transports sont fréquents et relativement abordables.

Une des nombreuses photos prises par notre nouvel ami Sri Lankais

Après cette aventure, nous arrivons directement à Dambulla, chargés de nos sacs à dos. Nous voulons visiter le temple d’Or, situé au sommet d’une montagne. Après avoir demandé à un hôtel pour conserver nos sacs à dos gratuitement, nous nous dirigeons vers l’entrée du sentier. En chemin, nous croisons plusieurs Sri Lankais, ravis de découvrir des touristes, et échangeons quelques mots avec eux. Ensuite – comme je m’y attendais -, ce fut la séance photo, le partage de comptes Facebook suivi des poignées de mains fraternelles. Il est parfois assez compliqué d’évaluer le véritable impact de ces rencontres. Sommes-nous en tant qu’Européens de parfaits connards qui nous méfions de tout élan de générosité et de sympathie ? Ces Sri Lankais sont-ils vraiment heureux de rencontrer des étrangers au point de les idolâtrer ? Qu’importe, Aaron, l’un des plus bavards du groupe, est ravi de nous avoir rencontrés et me fait directement un message en me disant qu’il m’enverra les photos une fois qu’il les aura retravaillées.

Des paysages magnifiques et verdoyants

L’ascension des marches commence, mais avec une belle récompense au sommet: un paysage superbe. Ce n’est qu’une fois arrivé tout au-dessus que nous avons réalisé qu’on avait oublié les tickets à l’entrée. « Tant pis« , pensais-je avant que Jeff ne suggère de descendre de nouveau pour les acheter. « Mais quel connard, il va me faire remonter encore une fois« , pensais-je en gardant mon calme. Nous prenons notre courage à deux mains – surtout moi – et nous nous dirigeons vers le guichet situé tout en bas de la montagne. Après être redescendu et avoir payé les tickets, nous entamons, de nouveau, l’ascension des marches. De retour au sommet, comme dans bon nombre d’endroits touristiques, nous devons laisser nos chaussures à une sorte de concierge qui nous les rendra contre espèces sonnantes et trébuchantes. Alors que nous étions en pleine visite, nous croisons Xavier, que nous avions entraperçu près du guichet. Ce dernier dispose d’un guide et nous le prête afin que nous en apprenions un peu plus sur l’histoire autour du temple d’Or de Dambulla.

De nombreuses peintures ornent les murs et racontent des récits intemporels

Alors que nous nous présentons à Xavier, ce dernier nous apprend qu’il est également Suisse, mais d’origine sri-lankaise. Il est venu visiter le pays et rendre visite à une de ses tantes qui vit dans le nord. De plus, il n’habite pas très loin de chez Jeff. Une coïncidence qui resserrera immédiatement les liens. Chacun commence alors expliquer ses expériences de voyage passées, ses bons plans pour le Sri Lanka et la suite de son programme. En quelques minutes à peine, le contact passe plutôt bien et nous décidons de poursuivre le voyage tous les trois.

Le temple d’Or est construit dans un complexe de galeries et grottes

La bande formée, nous décidons de ne pas nous attarder et partons en direction de Sigirîya de son « Lion rock ». Une nouvelle ascension en matinée pour observer le lever du soleil en plein milieu de nulle part. Nous séjournerons quelques jours dans la région en compagnie d’autres voyageurs.Lever de soleil brumeux sur le rocher du Lion rock

Après cette expérience focalisée sur la nature,  nous sommes partis pour le triangle culturel du Sri Lanka : Anuradhapura et ses temples. Entre fous rires, Lion beers, prises de tête avec les chauffeurs de tuktuks et découvertes magnifiques, nous constatons amèrement que quasiment tout se paie au Sri Lanka. Heureusement, nous sommes sur la même longueur d’ondes et privilégions l’expérience au luxe.

Affublé de mon magnifique pagne pour cacher mes jambes, j’explore les temples en étant ridicule

Cependant, cela ne nous empêchera pas de rencontrer des locaux ayant le cœur sur la main. Alors que nous commencions à avoir des habitudes: longues discussions philosophiques, découvertes des attentes de chacun, nous étions censés nous séparer quelques jours plus tard. Xavier devait rejoindre sa famille au nord et Jeff comptait aller à l’est. Finalement, moi qui voulait aller au nord, parvient à modifier l’itinéraire de Jeff et nous voilà tous partis en direction du nord. « Tu l’as convaincu Tonton !« , me lance Xavier. Après « papa » en Nouvelle-Zélande, me voilà désormais affublé d’un surnom qui signifie tout simplement « vieux jeune ». Je l’accepte de bon cœur avant de faire quelques crises d’angoisse existentielles, pendant la nuit, sur le fait que nous allons tous mourir.

L’équipe est présente !

Le lendemain, nous nous sommes dirigés vers la gare d’Anuradhapura. Le trajet qui ne devait durer que 2h30 s’éternise. Un peu comme le dernier film de Demon Slayer, il s’y passe pas mal de choses, sans véritablement qu’elles aient un impact sur notre destination. Malgré tout, ce voyage en train interminable sera ponctué d’épisodes d’Attack on titan et autres snacks qui vous arrachent la gueule et mettent au défi vos intestins. Après cinq longues heures, le conducteur pille sur les freins. Jaffna, vous voilà !

read more:

Be the first to leave a comment!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*